Grande Conférence Sociale pour l’emploi : l’emploi des seniors est devenu une priorité

Écrit par le 16 juillet 2014 dans Portage Salarial

grandeconferencesociale2013vectLa Grande Conférence Sociale pour l’emploi s’est tenue les 7 et 8 juillet 2014 au Palais d’Iéna à Paris. Cette nouvelle édition a réuni plus de 300 participants, dont des représentants d’organisations syndicales, d’employeurs et de collectivités territoriales. Débutée par le Président de la République et clôturée par le Premier ministre, la Grande Conférence Sociale a dévoilé les priorités du gouvernement sur l’emploi des seniors pour l’année à venir.

Le maintien en emplois actifs des plus âgés est devenu une priorité.  Manuel Valls rappelle les chiffres du chômage : « En un an, le chômage des plus des 50 ans a augmenté de 10%. De même, le chômage de longue durée s’est élevé dans des proportions inquiétantes depuis plus de 5 ans ». Il souhaite dès aujourd’hui mettre un plan d’action spécifique pour favoriser l’emploi des seniors.

Parmi les propositions évoquées, on retient :

–  Faciliter l’accès à la formation des salariés au-delà de 45 ans en vue d’une reconversion professionnelle ou d’un recrutement

–  Valoriser la transmission des compétences via des nouveaux droits individuels : compte personnel de formation, retraite progressive, compte personnel de prévention de la pénibilité…

–  Renforcer l’accompagnement de Pôle emploi

–  Encourager la création d’entreprise

–  Etablir un contrat de professionnalisation « nouvelle carrière », s’appuyant sur l’alternance pour les seniors

Le Premier ministre pense également aux nouvelles formes d’emplois, tels que le groupement d’employeurs ou le portage salarial, pour lutter contre le chômage des seniors. Le Ministre du travail, qui qualifie le portage salarial de solution innovante pour l’emploi, a annoncé que l’accord majoritaire qui encadre le portage salarial trouvera une base législative d’ici la fin de l’année.

« La fin de carrière peut aussi être l’occasion de créer son entreprise ou d’accéder à d’autres formes d’emploi. Je pense aux groupements d’employeurs ou au portage salarial. A ce titre, l’accord majoritaire qui l’encadre devra trouver une nouvelle base législative avant la fin de l’année 2014. »

La Fédération Européenne du Portage Salarial se félicite de cette annonce du Premier ministre concernant le dispositif du portage salarial pour les seniors.

« Je veux me féliciter de la décision du Premier Ministre Manuel Valls de faire intervenir une nouvelle loi avant le 1er janvier 2015. Nous nous félicitons qu’il se saisisse de la question de l’extension du portage salarial afin de l’ouvrir définitivement à tous les Français car il y a urgence. La Fédération Européenne du Portage Salarial porte les intérêts de 30 000 Français, soit 80% du champ du portage salarial. Autant de citoyens qui, le 6 février dernier se sont félicités de la décision du Conseil Constitutionnel. En effet, le Conseil constitutionnel a été saisi le 6 février 2014 par le Conseil d’État (décision n° 371062 du 5 février 2014), dans les conditions prévues à l’article 61-1 de la Constitution, d’une question prioritaire de constitutionnalité posée par la Confédération générale du travail, Force ouvrière et la Fédération des employés et cadres Force ouvrière, relative à la conformité aux droits et libertés que la Constitution garantit du paragraphe III de l’article 8 de la loi n° 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail.” affirme le Président de la FEPS. Selon lui, “L’annonce du Premier Ministre est une suite logique à la décision du Conseil constitutionnel qui n’a pas eu d’autre effet immédiat que celui néanmoins essentiel de relancer les réflexions sur les règles encadrant notre profession plébiscitée par les Français qui y voient au quotidien un moyen de se lancer dans l’aventure de l’entreprise sans risques et dont les non cadres ont été exclus à tort sur la base d’une distinction cadres/non-cadres qui est désuète qui ne correspond plus à la réalité sociologique du monde du travail

Etant donné le contexte social actuel, nous serons très attentifs à la mobilisation de chacune des parties prenantes pour que la réflexion autour de ce statut innovant reprennent afin de consolider ce qui n’est ni plus ni moins qu’un nouveau mode d’organisation du travail en plein essor. Cette décision lève un frein majeur à la création d’emploi, au dialogue et à la cohésion sociale, dans un secteur où ces trois moteurs de croissance sont réunis autour d’un modèle qui plébiscité, performant et qui a fait ses preuves à l’étranger.” affirme Guillaume Cairou, le Président de la FEPS.

Retrouvez la feuille de route de la Grande Conférence Sociale pour l’emploi

Share Button

Laisser un commentaire